Improviser sur la grille de Sweet Georgia Brown

Niveau : moyen

Pré-requis : jouer les altérations, savoir compter sur ses doigts

 

Nous allons voir une façon (parmi d’autres) d’aborder un morceau dont la grille est relativement simple, mais pas hyper basique, à savoir : Sweet Georgia Brown.

Ce morceau est indiqué en Ré dans le Real Book (sorte de bible des standards de Jazz pour tout apprenti musicien), mais il a été joué dans énormément de tonalités différentes.

J’ai choisi une grille en Sol, à jouer sur un harmo en Do. A vous ensuite de prendre l’harmo qui correspond à la tonalité dans laquelle vous voulez effectivement le jouer (cf. remarque en bas de page).

Remarque : les tablatures sont indiquées pour un harmonica en Do accordé en Lydien

 

Grille Sweet Georgia Brown en Sol
Grille Sweet Georgia Brown en G

 

On voit que ce morceau contient 32 mesures.

Si on écoute le thème (par exemple ici la version de l’immense Ella Fitzegarld), on entend qu’il y a deux parties, une première sur les 16 premières mesures, et puis ça semble se répéter sur les 8 mesures suivantes, et finalement il y a un changement sur les 8 dernières mesures.

C’est assez classique, les musiciens de Blues et de Jazz comptent et composent souvent par séries de 4, 8, 16, 32 mesures.

L’idée ici n’est pas de faire une explication de l’ensemble du morceau, mais je vais quand même vous donner quelques clés de compréhension.

Comme pour tout standard, il y a plein de chemins possibles, des plus simples aux plus complexes. Plus vous en maîtrisez, plus vos soli paraîtront riches et variés, il va sans dire.

On va explorer quelques pistes de jeu (pour ne pas dire « pistes de travail »), en se concentrant surtout sur les 16 premières mesures.

Je vous conseille d’aller lentement, d’en travailler une, de vous amuser un peu avec, afin de l’avoir bien intégrée intellectuellement, avant de passer à la suivante.
Lorsque vous passez à la suivante, l’important est d’entendre le changement qui s’opère. Donc insistez bien sur les notes qui s’ajoutent par rapport à la piste précédente.

 

Première piste de travail, l’option la plus simple : la pentatonique de G mineur


Si vous jouez avec la pentatonique de G mineur tout du long du morceau, en vous débrouillant bien ça doit passer.

Attention, la dernière ligne du morceau bouge pas mal, ouvrez bien les esgourdes et faites simple, pour passer sans heurts.

Pentatonique de G mineur sur un harmo en C :

Pentatonique de Sol mineur

 

Vous pouvez ajouter la quinte bémole, à savoir Db (en -1’, -4’, 7° et 10° pour les plus audacieux) de temps en temps pour jouer sur le côté Blues (ou encore plus simplement quand vous entendez qu’elle sonnerait bien par rapport à l’accord en cours …).

Notons que le 6° est particulièrement important : c’est cette note qui va vous permettre de faire le lien plus facilement entre les mediums et les aigus. Les harmonicistes rechignent souvent à aller titiller les aigus car ils ont du mal à faire la jonction depuis les mediums. Eh bien voici la solution toute prête quand on est dans cette tonalité : le 6°, votre sauveur ! et si en plus vous ajoutez le 7°, alors là, c’est la classe à Dallas !

 

Deuxième piste de travail : la pentatonique de D mineur


C’est un petit truc rigolo de ce morceau : il peut se jouer assez facilement avec l’une ou l’autre de ces deux pentatoniques. Chacune va apporter des sons différents, bien sûr.

On peut donc s’amuser à mélanger Gm penta et Dm penta au gré de ses envies et de ce que dicte notre oreille.
Ca tombe bien, ce sont justement les deux penta les plus utilisées par les harmonicistes !

Attention toutefois, c’est un peu plus délicat sans doute que la piste précédente. Insistez bien sur les notes de chaque accord (et donc repérez-les ! au moins la tonique, c’est pas grand-chose …).

Pentatonique de D mineur :
Pentatonique de Ré mineur

 

Troisième piste : commencer à suivre les accords


Vous restez sur la penta de Gm tout du long, sauf sur le 2ème accord, qui est un C7.
A cet endroit, vous gardez l’idée de la penta de Gm (G Bb C D F), mais vous remplacez le F par un E.

Je choisis cette option tout simplement parce que le E est dans l’accord C7 alors que le F n’y est pas.

Vous allez donc jouer : avec le F quand vous êtes sur l’accord G7, puis avec le E quand vous êtes sur l’accord C7. Ca fait sonner le changement dans la grille, vous êtes en harmonie avec les gars qui vous accompagnent au banjo et à la mandoline, et qui vous observent, admiratifs de tant d’à propos ! Bravo !

Pentatonique alternative de C :
Pentatonique alternative de Do majeur

Donc sur un harmo en C, au lieu de jouer des -2 » et des -5’, vous allez utiliser des +2 et des +5.
Tout du long du morceau : -2 -3′ +4 -4 -5’ +6
sauf sur le 2ème accord : +4 -4 +5 +6 +6°

NB 1 : Soit dit en passant, vous pouvez vous amuser à ça sur absolument n’importe quel Blues, puisque dans le cas d’un Blues ça démarre par ces deux mêmes accords !

NB 2 : en fait, on a déjà vu cette pentatonique particulière lors du précédent numéro de PH, cf. l’article « Improviser sur un accord de Dominante ».

 

Quatrième piste : passer du majeur au mineur


En fait, c’est un peu caché par l’harmonie, mais ce morceau joue sur la différence majeur / mineur.

On peut voir la fin du morceau comme une progression en G mineur.
Mais le début est plutôt en G majeur (la penta de G mineur passe du fait de l’utilisation d’accords de septième, qui acceptent aisément ce type de tension). D’ailleurs, la mélodie est clairement pensée en majeur à cet endroit (on y trouve des tierces majeures B et non mineures Bb).
Bref, sur l’accord de G7, on  peut aussi choisir la penta de G majeur.

Pentatonique majeure de G :
Pentatonique de Sol majeur

 

On peut donc improviser avec les pentatoniques suivantes :

1ère ligne, G majeur penta : -2 -3 ‘ ‘ -3 -4 +5 +6
2ème ligne, on utilise la deuxième piste, penta alternative de C maj : +4 -4 +5 +6 +6°
et tout le reste du morceau en penta de G min : -2 -3’ +4 -4 -5’ +6

 

Cinquième piste


Attention les mirettes, toujours plus fort, on reprend la quatrième piste, et on ajoute une option pour la 3ème ligne, permettant de suivre encore un peu plus la grille.
1ère ligne : Penta G Maj : -2 -3 ‘ ‘ -3 -4 +5 +6
2ème ligne : deuxième piste en C maj: +4 -4 +5 +6 +6°
3ème ligne : je joue avec la pentatonique de F maj : -2 ‘ ‘ -2 -3 ‘ ‘ +4 -4 -5
tout le reste du morceau en G mineur penta : -2 -3’ +4 -4 -5’ +6

 

Bon, bin c’est déjà pas mal comme programme…
Vous pouvez bien sûr faire toute combinaison de ce qui est décrit ci-dessus (par exemple tout jouer en Gm, sauf la 3ème ligne de la 4ème piste, bonne façon de s’habituer à ce changement avant d’attaquer la 4ème piste dans son ensemble).

Vous pouvez aussi faire ENCORE PLUS SIMPLE : ne penser qu’aux notes qui changent (en gardant l’idée du Gm penta derrière, bien sûr).
Par exemple : jouez surtout avec le -3 sur le premier accord, puis avec le +5 sur le 2ème accord, puis le -6 sur le 3ème, et entre les moments où vous jouez ces notes, utilisez la penta de G mineure habituelle.

Voilà, j’ai choisi des chemins utilisant les penta, ça demande un petit effort intellectuel au début, mais c’est très efficace musicalement.
Mine de rien, le morceau bouge un peu harmoniquement, donc il est faussement facile, mais on peut toujours se rattraper aux branches de la 1ère piste quand on est en difficulté, et du coup il est vraiment facile (le fil rouge sur le fil rouge et le fil bleu … je sais plus …).
Si déjà vous arrivez à faire sonner à un moment ou l’autre le -3 sur le premier accord, le +5 sur le 2ème, ou le -6 sur le 3ème, vous êtes les rois du monde !

Alors bon jeu à vous !

 

Play-back en Sol, à 140 bpm

Play-back en Sol, à 190 bpm

 

Remarque sur le changement de tonalité

J’ai proposé de jouer ce morceau en Sol sur un harmo en Do.

Votre guitariste désire jouer ce morceau dans une autre tonalité ? Pas de souci, vous pouvez utiliser exactement les mêmes tablatures en changeant de tonalité d’harmonica.

Do (tona de l’harmo) est la quarte de Sol (tona du morceau). Donc si vous voulez jouer ce morceau avec les mêmes automatismes acquis ici mais dans une autre tonalité, il suffit de chercher la quarte de la tonalité désirée.

Par exemple, si vous voulez jouer le morceau en Fa, il faudra prendre un harmo en Si bémol (Bb étant la quarte de F).

Si vous voulez jouer ce morceau en Ré, il faudra prendre un harmo en La, etc.

Jérôme Peyrelevade

www.jeromepeyrelevade.com