1998 … le web est encore jeune et bien loin de l’univers commercialo-culturo-conspirationnisto-politique foisonnant qu’il est devenu aujourd’hui.

On commence à découvrir l’incroyable ouverture au monde que permet la toile. Des groupes de discussions et des listes de distributions permettent à des passionnés de se « réunir » autour de leur passion commune et de partager l’information. Quelques sites web commencent à émerger sur différents sujets culturels.

Je suis moi aussi bien jeune et mordu d’harmonica. J’apprends à jouer grâces aux quelques méthodes disponibles (celles de Jean-Jacques Milteau, Tony Glover et David Barrett). Je joue principalement du blues en seconde position, me frotte à la troisième. Je ne sais pas ce qu’est un overblow … ni une tierce mineure.

Et puis, par la magie d’internet j’entre en contact avec un gars qui me parle d’overblows, de 11eme position, de Trio Globo, de Carlos del Junco, de Greg Zlap (Greg  Zlapczynski à l’époque 🙂 ) et d’un certain Sébastien Charlier.

L’homme est bougrement intéressant et il a une vision. Il pense à un webzine dédié à l’harmonica, qui témoignerait à la fois de la tradition et de l’évolution de l’instrument. C’est un projet qui nécessite beaucoup de travail et il recherche de l’aide pour retranscrire une longue interview de Jean-Jacques Milteau, le pape de l’harmonica français.

La tâche est longue et un peu ingrate, mais le projet est beau. Alors j’embarque dans l’aventure.

Quelques mois plus tard, le premier numéro de Planet Harmonica sort. Il fera date. Trois autres numéros sortent dans les années qui suivent.

Ainsi, pendant une dizaine d’années Benoit Felten marque le monde de l’harmonica sur le web de son empreinte et contribue au rayonnement de ce modeste instrument et de ses maitres.

Et puis il décide vers la fin des années 2000 de voguer vers d’autres horizons.

Depuis cette époque, le monde de l’harmonica a continué à évoluer. La voie du jeu chromatique à l’harmonica diatonique a fini par s’installer et faire des émules. Les overblows se sont démocratisés. De plus en plus d’apprentis harmonicistes abordent aujourd’hui l’harmonica comme n’importe quel autre instrument et apprennent l’harmonie plutôt que les positions. De nombreux musiciens pros sortent des albums qui font bouger les lignes et proposent une approche de l’instrument totalement différente de ce qu’on avait connu au XXeme siècle.

Nous vivons une période incroyable. Tellement de voies sont à explorer!

Il nous a semblé que c’était le moment de ressusciter Planet Harmonica et d’en faire le témoin du chemin parcouru et surtout de celui à parcourir ensemble.

Sous le regard bienveillant de Benoit et grâce aux encouragements et à l’aide précieuse de Jérôme Peyrelevade, le webzine est donc relancé!

Pour cette occasion, une interview de Sébastien Charlier s’imposait. Il s’est ouvert à nous avec une grande sincérité et nous espérons que vous découvrirez avec plaisir et intérêt sa démarche totalement atypique. Nous avons également interviewé Christophe Minier, le créateur d’un des plus beaux festivals d’harmonica d’Europe dont la prochaine édition aura lieu du 24 au 27 mai 2017. L’occasion de voir sur scène de bons artistes et de se faire des amis harmonicistes au cours de boeufs endiablés!

Vous trouverez également une rubrique Pédagogique riche et variée grâce aux contributions de Jérôme et de Laurent Rinaldi.

Dans le coin du matos, Marko Balland vous révèle ses secrets d’amplification.

Enfin, nous avons voulu vous proposer des « critiques » d’albums et d’instruments car il n’est pas toujours aisé de repérer les artistes qui comptent et de faire le tri dans l’offre importante d’harmonicas diatoniques.

Voilà, nous avons mis pas mal d’énergie et beaucoup de coeur dans ce nouveau numéro.

Nous espérons que cela vous plaira et vous intéressera!

Laurent Vigouroux